Daurade Coryphène لمبوكة

Neuf

C’est une espèce presque unique en son genre, le seul représentant de la famille des coryphaena hippurus. Les Français l’ont appelé coryphène, les Tunisiens, la lambouqua, un nom hérité de la présence italienne en Tunisie. Mais, il s’appelle aussi  « bouma » (hibou) ou « lerba » (caméléon). Il faut dire que ses couleurs sont chatoyantes. Elles changent comme celles de la « herbaya ».

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

DT 8,00 / le Kg

Ce produit n'est pas vendu à l'unité. Vous devez sélectionner au moins 3 quantité pour ce produit.

Add to wishlist

Habitudes - Comportement

Migrateurs du large par excellence, la coryphène ne s'approche pas des côtes. En Méditerranée, elles effectuent des passages à partir du printemps et jusqu'à la fin de l'été avec un pic pendant les mois les plus chauds, en juillet et en août. Évoluant en couple ou en petits groupes, les coryphènes sont attirés systématiquement par tous les objets qui flottent à la surface. Il peut aussi bien s'agir d'un tronc d'arbre, d'une planche que d'un amas de débris variés. Les coryphènes se postent à l'ombre sous ces objets flottants et accompagnent leur dérive pendant de longs moments. Lorsque vous en croisez, faîtes passer vos leurres de traîne au plus près ou lancez de petits leurres à proximité : S'il y a des coryphènes dans le secteur, vous pouvez être sûr de les trouver sous l'objet flottant.

Alimentation

La coryphène est un poisson nageur qui se nourrit au fil de ses migrations, de poissons, de crustacés et de céphalopodes. Comme tous les chasseurs, les coryphènes se montrent très réactives vis-à-vis des leurres artificiels, avec une préférence très marquée pour les leurres à jupe (jet siffleur) traînées rapidement. Les poissons nageurs par contre, donnent des résultats plus irréguliers. Au lancer, les leurres de surface de type popper ou stick bait et les petites cuillères sont à privilégier.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Daurade Coryphène لمبوكة

Daurade Coryphène لمبوكة

C’est une espèce presque unique en son genre, le seul représentant de la famille des coryphaena hippurus. Les Français l’ont appelé coryphène, les Tunisiens, la lambouqua, un nom hérité de la présence italienne en Tunisie. Mais, il s’appelle aussi  « bouma » (hibou) ou « lerba » (caméléon). Il faut dire que ses couleurs sont chatoyantes. Elles changent comme celles de la « herbaya ».

Donnez votre avis